Recruteurs, redécouvrez un logiciel oublié !

Recruteurs, redécouvrez un logiciel oublié !

Recruteurs, redécouvrez un logiciel oublié !

Recruteurs, redécouvrez un logiciel oublié !

3 minutes de lecture
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Bonjour à tous et à toutes,

Un des mauvais réflexes les plus communs que j’observe pendant nos formations en sourcing, est d’écrire directement sa requête dans l’outil de recherche avancée de LinkedIn. Sans l’avoir écrite autre part au préalable. Concrètement, le recruteur va entrer tout de go ses mots-clés dans l’outil de LinkedIn.

Et, tant que tout se passe à la perfection et comme attendu, ce n’est pas un souci. Oui, sauf qu’en sourcing rien ne se passe jamais à la perfection et comme attendu. Dans 99% des cas, vous aurez besoin de réécrire votre première requête, parce que vous aurez fait une erreur syntaxique ou que vous constatez que vos hypothèses ne sont pas les meilleures. Ou une simple erreur de frappe !

Car, les champs de recherche de LinkedIn sont très limités dans l’espace. Voilà ce qu’il se passe si j’écris dans le champ « intitulé » la requête suivante :

RH OR recruteur OR « ressources humaines » 

Recherche LinkedIn tronquée

 

Comme vous pouvez le voir, on ne voit plus le début de la requête ! Et ce sera le cas à chaque fois que vous utiliserez plus de 21 caractères (c’est-à-dire quasiment tout le temps si vous faites des requêtes poussées). C’est très handicapant. Au-delà de l’éventualité de corriger des fautes de frappe, ne pas voir sa requête dans son entièreté est le meilleur moyen de s’y perdre. C’est un peu l’équivalent de jouer aux échecs les yeux fermés. C’est tout à fait possible mais il vaut mieux l’éviter, surtout quand vous débutez.

Il faut donc écrire ses requêtes autre part que directement dans LinkedIn. Et c’est ici que va intervenir notre fameux logiciel oublié :D.

Serait-ce Word (ou n’importe quel autre traitement de texte) ?

Non. Utiliser Word est déjà mieux que rien mais présente un inconvénient qui devient vite frustrant : il n’utilise pas systématiquement les mêmes guillemets que LinkedIn (ou Google) et donc vous devrez les corriger manuellement après la recopie.

Capture d'écran 2015-05-06 11.47.39

 

Capture d'écran 2015-05-06 11.48.02

Alors que les guillemets qui fonctionnent ressemblent plutôt à ceci :

Capture d'écran 2015-05-06 11.51.08

Nous n’allons donc pas utiliser de traitement de texte car ils ont cette fâcheuse manie de traiter le texte. Il nous font donc un outil qui prend du texte brut et le restitue tout aussi brut.

Sans plus attendre je vous présente le bloc-notes !

Icone du bloc notes Windows

 

C’est un logiciel de Windows que vous connaissez normalement tous sans avoir jamais trop compris à quoi il pouvait bien concrètement servir. Pour ceux d’entre vous qui travaillent sous Mac OS, l’équivalent s’appelle TextEdit.

C’est donc avec Bloc-Notes ou TextEdit que je vous conseille d’écrire vos requêtes avant de les copier-coller dans la recherche avancée de LinkedIn.  Prendre cette habitude sera un peu contraignant au début, mais vous épargnera bien des déboires tout en démultipliant votre productivité.

Bon sourcing 😀

 

Vous voulez suivre la meilleure formation sur le recrutement et le sourcing ? Vous voulez trouver les bons candidats ?

Découvrez #TruAcademy et devenez certifié !

Commentaires

  1. Hello Nicolas,
    Très bon réflexe !
    Toutes mes requêtes « standard » sont enregistrées dans un fichier pour pouvoir les copier-coller à la volée, et aussi pour pouvoir noter les supports et numéros de pages de résultats où j’ai fait mes searches.
    Le suivi c’est la clé du sourcing 😉
    Bonne fin de semaine,
    Jean-Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.