Où va le métier de sourceur ?

Où va le métier de sourceur ?

Où va le métier de sourceur ?

Où va le métier de sourceur ?

5 minutes de lecture
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Le sourceur de demain devient un mouton à 5 pattes et ils lui en poussent toujours de nouvelles. Voici quelques réflexions sur l’évolution du métier de sourceur tel que je le pratique tous les jours.

 

Un sourceur, kezako ?

Un vrai sourceur, c’est celui qui cherche, et s’il est bon, c’est aussi celui qui trouve. Mais pas seulement. C’est également celui qui contacte et engage la relation, c’est en tout cas ainsi que se définissent 94% d’entre nous, selon un sondage de Katrina Collier.

La dualité du sourceur : une espèce rare et bicéphale entre Geek et Marketeur.

Ce n’est donc plus si simple, voire carrément complexe. Nous avons d’un côté une tête pensante en 2.0, et de l’autre une tête communicante, où tout langage binaire est proscrit !

Lorsque j’ai démarré le sourcing, il y avait assez peu de ressources en ligne (les blogs, les réseaux sociaux, le big data…), et donc de techniques de recherche associées.  Les talents étaient assez peu approchés car la population générale du recrutement se cantonnaient au gentil et archaïque « post & pray ». A peu près n’importe qui pouvait s’y mettre et apprendre assez facilement.

Sauf que les techniques ont évolué, et les talents aussi. Seuls quelques sourceurs ont suivi

Un bon sourceur aujourd’hui c’est un geek et un passionné des nouvelles technologies.  Avec l’augmentation de la masse de data disponible, les informations « sourçables » augmentent très fortement et les outils se multiplient. Il est impératif d’être à la page – virtuelle –  et de s’essayer à de nouvelles techniques. Et certaines s’avèrent bien difficiles et flirtent avec des compétences d’informaticien. Je suis en ce moment en plein apprentissage du scraping web, qui ouvre un champ des possibles très impressionnant mais cela part très loin.

Mais s’il ne s’agissait que d’être un virtuose du clavier, la chose serait bien aisée. Enfin, en tout cas, pas si compliquée. Car passées les heures de sourcing, de recherches complexes, de fouilles archéologiques dans l’océan des données et après plusieurs litres de café, il s’agit désormais d’afficher une forme olympique, une assurance de commercial et un discours pertinent.

 sourceur definition sourcing

Le sourceur gagnant maîtrise le marketing de l’engagement

Faire de l’engagement avec les candidats, c’est leur parler vrai, avoir un discours simple, direct et personnalisé. Amis consultants en recrutement, votre première leçon de stratégie commerciale n’a-t-elle pas été d’accrocher votre client (nos autres amis les RH) en moins de 25 secondes ?

Ici c’est pareil, mais encore plus compliqué : Vos 10 premiers mots vont décider votre destinataire à lire les 10 prochaines lignes. Ou pas ! A 1000 lieues de l’inefficace « Bonjour, j’ai un poste, le voici, postule si tu veux ».

Le vrai sourceur, il utilise sa créativité pour créer du lien instantanément avec un talent sursollicité. Les nouvelles annonces d’Axway écrites par Paul Mouchet vont parfaitement dans ce sens (big up d’ailleurs).

J’ai récemment contacté un candidat qui m’a dit n’allumer son linkedin que 2 fois par mois et qu’il recevait en moyenne 50 demandes de recruteurs à chaque fois. Il n’avait répondu à personne depuis près d’un an, mais  m’a répondu car j’ai été le seul à lui demander, dans un premier contact, si lui et sa famille avaient déjà envisagé de venir s’installer en Suisse. J’étais le seul à lui parler de sa famille, de lui et de ce dont il avait envie.

Ne nous leurrons pas, les talents, les vrais, vont être sollicités encore plus et de moins en moins vont répondre. Il va falloir les contacter de manière différente, tant sur le discours que sur les moyens utilisés. Une approche plus directe, par téléphone par exemple au lieu de la multitude d’inmail, peut faire une grande différence.

 

Le sourceur devient (on va peut-être pas aller jusque là mais un peu quand même) un dieu !

En toute modestie, c’est la conclusion qui s’impose. Véritable Janus maîtrisant à la fois l’informatique et la dialectique, son regard se porte autant sur les secrets de l’IT que sur l’approche humaine et personnalisée. Pas évident de rassembler ces compétences, et le fossé se creuse davantage.

competences sourceur demain

Dans le futur, que j’espère proche, beaucoup d’entreprises vont vouloir se doter de sourceurs qui vont chercher les talents. Et plus elles tardent, plus trouver ces « pépites » va être compliqué. La faute peut-être à l’hyper-segmentation de notre culture de travail, on est soit un Geek ultraconnecté et très technique, soit un marketeur, bon communicant et au relationnel aisé. Ou encore peut-être au fait d’avoir associé pendant longtemps le recruteur et le commercial. Mais le recruteur n’est pas un sourceur, et aujourd’hui cette compétence fait défaut.

Je m’explique :  il y a sourcing et sourcing.

Savoir faire du booléen c’est bien, mais c’est la base. Cela ne fait pas pour autant un sourceur. C’est comme dire, « je suis alpiniste car j’ai une piolet et des crampons ». C’est sûr que sans l’équipement de base, c’est la mort assurée mais cela ne fait pas gravir les montagnes pour autant.

Pour arriver à sourcer, il fallait gravir une colline, c’est maintenant une montagne de connaissances à accumuler et la montagne pousse tous les jours. Le sourceur alpiniste est obligé de devenir de plus en plus technique pour recouper plus d’informations, plus vite, plus efficacement et identifier les talents.

Alors un petit conseil aux entreprises qui commencent à songer au sourcing : armez-vous vite car il va être compliqué et très cher de trouver des sourceurs formés, expérimentés et seuls eux sauront faire la différence et vous aider à trouver vos talents.

Et si besoin, j’ai deux ou trois idées pour vous aider à démarrer 😉

 

 

Vous voulez former vos recruteurs pour qu’ils deviennent des sourceurs ? Découvrez #TruAcademy, la meilleure formation au Sourcing !

Commentaires

  1. Bonjour Guillaume,
    je trouve ton article très juste. Je recrute actuellement un sourceur pour renforcer nos talents. Me permets tu de « prendre » quelques phrases de ton article pour mon annonce de recrutement (et oui le post and pray surtout décalé peut renforcer localement la marque employeur et la différenciation concurrentielle) ?
    Merci

    1. Bonjour Michel,

      A priori pas de soucis! C’est en partageant que la communauté grandit et se renforce, plus il y a aura de vrais sourceurs et mieux ce sera. C’est d’ailleurs sûrement une différence entre sourceur et l’image que j’ai du « chasseur de têtes » qui a tendance à cultiver le mystère et garder ses recettes.
      Peut être que le sourceur que tu recruteras par cette annonce sera un jour un pilier de la communauté et on apprendra tous de lui (ou elle, vive les sourceuses).
      Bref, vive l’open source et l’open sourcing!

  2. Hello Guillaume,

    Merci pour ton analyse et vision du sourceur de demain !
    Je partage la plupart des points à l’exception notable du fait que le sourceur de demain sera tout sauf un geek. La technologie se mettra au niveau de tous et les bons sourceurs ne sont pas des geeks car pas besoin d’être geek pour utiliser LinkedIn mais plutôt des experts de la relation. C’est ici que la valeur ajoutée se fera et non pas sur l’envie d’aller très loin sur la technologie comme on définirait un geek. La technologie n’a que peu d’intérêt pour les sourceurs mais c’est un énorme support et facilitateur. Le geek ira toujours plus loin,le sourceur pas forcément 🙂

    1. Absolument d’accord avec ce que dit Laurent , je suis Sourceur moi même et la valeur ajoutée pour moi , se fait sur l’entrée en relation car si les outils restent des supports intéressants voir incontournables ils n’en sont pas moins à la portée de tous pour identifier ,mais sans une technique d’approche appropriée, et d’accroche la plus humaine possible , ce sera dur..l’une des principales , voir la principale valeur ajoutée d’un sourceur ..c’est le sourceur lui même .. son mode d’entrée en relation, et sa capacité à engager l’autre dans le dialogue sans en avoir l’air , le plus humainement et naturellement possible.

  3. Merci pour cet article et pour le travail réalisé autour de la recherche… Sourceur d’hier, d’aujourd’hui et de demain même combat ! Le recrutement par approche directe n’a pas tant changé, certes les outils nous ont permis de gagner en productivité, de simplifier l’identification encore que… Mais la problématique de fond reste la identique : solliciter un candidat potentiel, confronter ses aspirations professionnelles au projet de notre client, et lorsque cela est pertinent jouer les marieuses… Voilà 15 ans que je pratique, j’ai commencé comme chargé de recherche avec un annuaire du Kompass et quelques vieux annuaires d’école obsolètes… Dans le dur…et un peu à la dure, une connexion internet pour le cabinet… Et en Rtc, s’il vous plaît!

    A l’époque, la valeur ajoutée du charge de recherche était la capacité au travers du brief d’identifier les environnements et les compétences nécéssaire puis d’investiguer sur les personnes détentrices desdites compétences, de les identifier et de les approcher… Beaucoup de curiosité, de la ténacité, de l’écoute, du commercial et un moral d’acier… Cela a-t-il changé? pas vraiment, ce que j’attends d’un chargé de recherche c’est des capacités à investiguer, discerner, questionner le réel inlassablement, à communiquer, analyser, argumenter et convaincre…

    Linkedin, Github, le booléen… des moyens… bien inutiles sans ces qualités… on confond les moyens et la finalité… Le recrutement est un sport de contact ne l’oublions pas…

  4. Le sourceur s’approche beaucoup du veilleur avec une thématique ressources humaines: même outils de recherche de profils, curiosité, influenceur, art de l’interview pour nouer des contacts et souvent spécialiste de la gestion des connaissances. Qu’en pensez vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.