Et si le stress pouvait être positif pour nous ?

Et si le stress pouvait être positif pour nous ?

Et si le stress pouvait être positif pour nous ?

Et si le stress pouvait être positif pour nous ?

8 minutes de lecture

Quand on discute avec des recruteurs ou des sourceurs, on sent souvent beaucoup de stress. Il est expliqué par différentes raisons : on recrute dans un secteur en pénurie, nos managers nous demandent toujours plus de chiffres, on nous demande de trouver des profils improbables.

On voit souvent le stress comme une mauvaise chose pour notre organisme, il augmente par exemple les chances d’avoir des maladies cardio-vasculaires.

Mais des études montrent que changer notre vision du stress peut nous aider dans la vie.

C’est en écoutant un Ted de Kelly McGonigal que je me suis rendue compte de l’importance du sujet !

Je vous propose donc d’étudier un peu le mécanisme du stress et de voir comment le rendre utile pour nous.

1ère Étude sur le stress aux Etats-Unis

 

Des chercheurs ont étudié 30 000 adultes aux US pendant 8 huit ans et leur ont posé chaque année deux questions :

  • Quelle quantité de stress avez-vous supportée l’année dernière ?
  • Croyez-vous que le stress soit dangereux pour la santé ?

Puis ils ont regardé les registres de décès pour voir qui de ces personnes étaient décédées.

Voici les résultats :

  • Les gens qui avaient connu beaucoup de stress l’année précédente avaient 43% de risques supplémentaires de mourir.

Mais ce n’est vrai que pour les personnes qui pensaient que le stress est mauvais pour leur santé.

  • Les gens qui avaient connu beaucoup de stress mais qui ne voyaient pas le stress comme quelque chose de mauvais pour leur santé n’étaient pas plus susceptibles de mourir. Ils avaient le risque le plus faible de mourir, même les gens qui avaient relativement peu de stress dans leur vie.

Pendant ces 8 ans d’études, les chercheurs ont estimés que 182 000 Américains étaient morts prématurément, pas de stress mais par le fait de penser que le stress est mauvais pour eux. Cela équivaut à plus de 20 000 décès par an c’est plus que le nombre de personnes mortes d’un cancer ou du SIDA aux Etats-Unis.

On voit ici que le fait de penser que stress est mauvais pour nous, le rend mauvais pour nous.

Pourrions-nous être en meilleur santé si vous voyions le stress comme quelque chose de positif ?

Oui !  

Si on décide de changer notre perception du stress, on peut changer la réponse de notre corps au stress.

 

2ème étude faite aux US : le test social

Phase 1: Le pitch perso

 

 

On est dans un labo d’étude et on doit faire un pitch de 5 min sur nos faiblesses personnelles devant des experts assis juste en face de nous. Il y a de fortes lumières pour nous éclairer et une caméra qui nous filme.

Comment nous sentons-nous? Stressés ? Évidemment !

De plus, sans qu’on le sache, une consigne a été donnée aux experts : nous montrer des signes non verbaux décourageants face à notre pitch

 

Phase 2 : Le test de math

 

Notre consigne : compter à rebours de 996 à 0 de sept en sept, à voix haute, aussi vite que possible.

On donne comme consigne à l’expert de nous harceler pendant tout le temps du test (à nous répéter d’aller plus vite, de parler plus fort et plus distinctement.

Résultats :

Si on faisait vraiment cette expérience, le battement de notre coeur et notre respiration seraient plus rapide, et on serait en sueur.

Ces changements physiques sont dû au stress. Ils peuvent être interprétés comme de l’anxiété ou montrer que l’on ne supporte pas bien la pression.

Et si on changeait notre vision par rapport à ces réactions physiques ?

Et si au lieu de se dire que cela montre notre anxiété, on se disait que notre corps est en train d’être stimulé pour nous préparer un relever un nouveau défi ?

Que se passe t’il dans notre organisme quand nous voyons le stress comme quelque chose de positif ?

 

 

Une étude du « test social » a été refaite aux US sauf qu’en amont, on a appris aux personnes faisant l’expérience à voir le stress comme quelque chose pouvant leur être utile car leur corps a été préparé pour relever les défis qui nous attendent.

On leur a expliqué que :

  • leur coeur qui se met à battre la chamade les aide à l’action
  • Que si s’ils respirent plus vite, ce n’est pas un problème, cela permet d’apporter plus d’oxygène à leurs cerveaux

Leur vision du stress n’était donc plus là même. Cela leur a permi de voir cela comme une chose utile à leur performance. Ce qui a eu pour conséquences de les rendre moins stressés, moins anxieux et plus confiants.

Le plus surprenant est de voir que leurs réactions physiques au stress ont changé.

Quand on est stressé, généralement, notre rythme cardiaque augmente et nos vaisseaux sanguins se contractent.

C’est pourquoi le stress à répétition est parfois associé aux maladies cardiovasculaires.

Ce n’est pas sain d’être toujours dans cet état.

Mais dans cette étude quand les participants ont perçus leurs réponses au stress comme positives et utiles, leurs vaisseaux sanguins sont restés détendu.

Leurs coeur battaient toujours la chamade mais les vaisseaux sont détendu.

Et le plus étonnant est que la réaction produite est la même que ce qui si se passe quand dans un moment de joie ou lorsqu’on a besoin de courage.

Cette seule modification biologique peut nous faire mourir d’une crise cardiaque provoquée par le stress à 50 ans où vivre en bonne santé jusqu’à nos 90 ans.

C’est une nouvelle manière de voir le stress et la manière doit on perçoit le stress.

Il faut apprendre à voir le stress comme quelque chose de positif et y arriver !

Quand on pense comme ça, notre corps nous croit et notre réponse au stress devient plus saine pour nous.

Qu’est-ce que le stress nous apporte ?

 

Un des aspects les plus sous-estimés de la réponse au stress est qu’il nous rend sociable.

Pour le comprendre, on doit parler d’une hormone : l’ocytocine

On peut aussi l’appeler l’hormone du câlin car elle libérée lorsqu’on embrasse quelqu’un.

Et c’est une infime partie du rôle de l’ocytocine. C’est une neuro-hormone.

Elle ajuste les instincts de notre cerveau. Elle nous incite à faire des choses qui renforcent nos relations intimes. Elle nous donne envie d’avoir des contacts physiques avec nos amis, notre famille. Elle augmente notre empathie. Elle nous donne aussi plus envie d’aider et de soutenir les autres.

Ce que l’on sait rarement, c’est que l’ocytocine est une hormone du stress.

Elle est produite en réponse au stress. Elle fait autant partie de la réponse au stress que l’adrénaline qui fait battre notre coeur super vite.

Quand l’ocytocine est libérée par le stress cela nous aide à aller chercher de l’aide.

Notre réponse biologique au stress est ce qui nous pousse à exprimer nos sentiments à quelqu’un au lieu de ne pas en parler.

Quand on a un coup dur, la réponse au stress est là pour faire en sorte que l’on soit entouré par des gens qui se soucient de nous.

L’ocytocine agit dans notre cerveau mais aussi dans notre corps. Un de ses rôles est de nous protéger des maladies cardio-vasculaires dû aux effets du stress.

C’est un anti-inflammatoire naturel.

Elle aide aussi les vaisseaux sanguins à rester détendu pendant le stress.

Notre coeur a des récepteurs pour l’ocytocine ce qui aide les cellules cardiaques à se régénérer et à guérir de tout dommage provoqué par le stress.

L’ocytocine, l’hormone du stress renforce notre coeur !

 

3ème étude faite aux US 

Des chercheurs ont réunis 1000 adultes entre 34 et 93 ans.

L’étude commence par deux questions :

  • Quelle quantité de stress avez-vous connue l’année dernière ?
  • Combien de temps avez-vous passé à aider vos amis, vos voisins, votre famille ?

Cinq ans après, ils ont regardés les registres de décès pour voir qui étaient morts.

Résultats:

  • Pour ceux qui avaient vécu un stress majeur, le risque de décès a augmenté de 30%.

Mais ce n’était pas vrai pour tout le monde.

  • Les gens qui ont passé du temps à s’occuper des autres n’ont montré absolument aucune augmentation du risque de mortalité lié au stress. Aucune.

On voit ici que prendre soin des autres a créé de la résilience.

Une fois de plus, les effets néfastes du stress sur notre santé ne sont pas inévitables. La manière dont on pense et dont on agit peut transformer notre façon de vivre le stress.

Quand on décide de voir nos réponses au stress comme utiles, on crée la biologie du courage. Et quand on décide de communiquer avec les autres en situation de stress, on crée la résilience.

Alors qu’attendons-nous pour changer notre perception du stress ?

 

En conclusion, nous pouvons dire que malgré ce que l’on pense, le stress est bon pour notre santé si on pense qu’il est bon. Alors à nous de trouver des façons pour changer notre perception du stress et améliorer notre santé au quotidien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.