“”

Story client Capgemini

Le recrutement chez Capgemini

Une approche « candidat centric »

Interview de Vanessa POISIER

Talent Acquisition Head ◆ Paris

Vanessa Poisier

Pourquoi avoir décidé de former tes recruteurs avec L’École du Recrutement ?

Le rôle de recruteur s’est assez récemment distingué de celui de RH chez Capgemini. L’Ecole en proposant la 1ère formation spécifiquement dédiée au recrutement m’est apparue comme un apport méthodologique nécessaire pour enrichir une approche métier qui se fait traditionnellement par la transmission. Les techniques de sourcing, de rédaction d’annonces, d’entretiens dirigés, d’inbound marketing, sont autant d’aspects du métier qu’il faut comprendre et connaître pour être un bon recruteur.

Quelles étaient tes problématiques avant que tes recruteurs soient certifiés ?

Mon équipe, récemment constituée était plutôt junior avec une vision du métier assez hétéroclite. Certains recruteurs pouvaient même parfois être découragés et démunis devant la difficulté à sourcer des profils techniques. Aujourd’hui, face à un marché très concurrentiel, on ne peut plus se satisfaire de gérer des flux entrants des candidats. Il faut être proactif et chercher toutes façon d’entrer en contact avec des profils qui nous intéressent, créer du lien avec eux pour les transformer en candidats et parvenir ensuite à les recruter.

Comment as-tu réussi à convaincre ta direction que les recruteurs devaient faire le Parcours du recrutement ?

J’ai la chance d’avoir une Directrice du Recrutement qui a une vision moderne de l’approche candidat. Elle est convaincue qu’un recrutement de qualité ne passe pas uniquement par des nouveaux outils mais aussi et surtout pas des recruteurs formés, engagés et en capacité d’innover. Nous avions eu de bons retours de Sogeti, une des entités de Capgemini, qui avait déjà formé son équipe de recruteurs. On était prêt à se lancer !

Quels sont les impacts de la certification sur ton équipe ?

Le Parcours du Recrutement est une formation qui interpelle, qui provoque, qui remet en question les croyances et les habitudes. Elle permet de les encourager à exprimer de nouvelles idées, à les tester, à les libérer en quelque sorte !

Le moment que je préfère dans cette formation, c’est celui où ils comprennent que la langue de bois est l’ennemi numéro 1 du recruteur. Cela remet tout en question ! Cette formation est très positive : elle a un effet immédiat sur l’état d’esprit. Mon rôle est ensuite d’organiser des moments d’échange et des ateliers pratiques pour enclencher de vrais changements dans nos pratiques.

Et les bénéfices ?

Depuis la formation, j’ai observé des changements concrets dans leur posture de recruteur
et des résultats concrets sur nos chiffres. Nous sommes parvenus à augmenter de façon
significative le nombre de nos recrutements sur nos profils en tension notamment grâce à une meilleure performance de notre canal sourcing et un discours plus « vendeur » des recruteurs et des opérationnels. C’est d’autant plus valorisant pour l’équipe qu’aujourd’hui, dans notre secteur, il est quelquefois plus facile de trouver un client qu’un candidat ! 

Quand en entretien annuel, des membres de l’équipe me témoignent leur reconnaissance
d’avoir pu bénéficier du programme et que le lendemain de la soirée de remise des
diplômes, une de mes recruteuses est venue au bureau avec son tee-shirt « Fière d’être
recruteuse », je me dis que c’est bien parti !

Quelle est ta vision du métier de recruteur ?

C’est un métier très riche, qui demande beaucoup d’énergie et de nombreuses qualités.

C’est pour ça que cela m’énerve lorsqu’on me dit que c’est bien pour « commencer » ^^

Il faut à la fois beaucoup de :

– Curiosité pour comprendre des métiers complexes,
– Assertivité pour être crédible face à aux clients internes ou externes,
– Ecoute et d’empathie pour créer du lien avec les profils que l’on cible,
– Ténacité pour ne pas perdre courage face aux refus,
– Imagination pour faire la différence dans l’approche,
– Discernement pour évaluer l’adéquation entre les compétences de le.la candidat.e et
le poste mais aussi entre ses leviers de motivation et les pratiques/la culture de
l’entreprise,
– Niaque pour closer le recrutement.

Et lorsque l’on recrute sur un marché très concurrentiel comme celui de l’IT, cela oblige à se
démarquer et à être impactant dans tout ce que l’on fait. Et pour moi l’Ecole du Recrutement
m’aide vraiment à insuffler cette posture à mes équipes.

Quel est ton parcours ?

Je fais du recrutement depuis 12 ans et je ne m’en lasse pas !

Après des études en Economie du Sport, j’ai commencé comme manager dans la grande distribution sportive. J’y ai découvert le recrutement, l’intégration et la formation et j’ai eu envie de poursuivre sur ces sujets. J’ai donc envisagé une reconversion.

Après 8 mois de formation Rh, j’ai décroché mon1er poste en tant que recruteuse chez un des leaders du conseil : un groupe très dynamique avec des pratiques de recrutement très innovantes mais où les postes étaient assez spécialisés.

J’avais envie d’un spectre plus large et j’ai donc rejoins une entreprise plus petite, ce qui m’a permis de prendre la responsabilité de tous les sujets liés au recrutement : marque employeur, relations écoles, stratégie recrutement, process et outil, expérience candidat…

Consciente qu’il fallait élargir les canaux de recrutement classiques, j’ai créé une cellule spécialisée dans le sourcing. C’est à ce moment que j’ai rencontré Laurent Brouat et Nicolas Galita de L’École du Recrutement (à l’époque Link Humans) et ça été la révélation ! J’ai su que j’allais continuer dans ce métier et que j’allais le faire autrement !

Depuis deux ans chez Capgemini, j’ai trouvé un beau terrain de jeu où l’initiative et la créativité sont encouragées au quotidien pour améliorer l’expérience candidat.

Capgemini en quelques mots

Capgemini, c’est l’histoire d’une startup française lancée il y a 50 ans par un homme, Serge
Kampf, devenue une référence mondiale en matière de conseil et de services informatiques.
Le secret de cette réussite est d’avoir a su se métamorphoser tout en gardant la même
ambition : accompagner ses clients afin de leur permettre d’avoir une longueur d’avance sur
les transformations digitales et technologiques.

Son fondateur a choisi des valeurs individuelles forte au service d’une culture collective :
l’Honnêteté, l’Audace, la Confiance, la Liberté, la Solidarité, la Modestie et le Plaisir.
En 2019, Capgemini a d’ailleurs été reconnue, pour la septième année consécutive, comme
l’une des entreprises les plus éthiques au monde (2019 World’s Most Ethical Company®).

Des questions ?

Thomas, Maxime et Morgane sont là pour te répondre