Facebook met-il enfin un pied dans le recrutement ?

Facebook met-il enfin un pied dans le recrutement ?

Facebook met-il enfin un pied dans le recrutement ?

Facebook met-il enfin un pied dans le recrutement ?

9 minutes de lecture
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Facebook investit enfin le recrutement. La nouvelle est tombée en ce début février. Il n’y a rien de bien nouveau sur le papier car il y a quelques années, il y avait des applications tierces qui permettaient de créer des espaces dédiés emploi (notamment le français Work4labs). Pourtant, l’initiative de Facebook est radicalement différente dans ce qu’elle propose. Tout est géré par Facebook et on peut faire de la promotion sur ces annonces d’emploi en ciblant précisément comme n’importe quel contenu. Plus globalement, Facebook propose un système de recrutement complet qui aujourd’hui est beaucoup plus adapté aux PME qu’aux grandes entreprises.

Voici une analyse et réflexions sur les conséquences de cette arrivée. La concurrence de Facebook n’est pas LinkedIn, contrairement à ce que vous lisez, mais bien Oracle, Salesforce ou Microsoft.

Facebook vise le marché du logiciel d’entreprise… et non celle du site emploi beaucoup moins rentable.

Facebook débarque dans le recrutement en propre !

La grande nouveauté n’est pas l’arrivée de Facebook sur le marché du recrutement mais bien le fait qu’ils le fassent en direct. Que vont donc devenir tous les services/applis recrutement qui se sont construits sur Facebook ? (comme Work4labs ou autre).

En test depuis novembre 2016, Facebook vient donc de lancer la possibilité de créer depuis sa page Admin une annonce d’emploi. Cette offre d’emploi va apparaître sur la page Facebook de l’entreprise, dans on onglet dédié et dans une section dédiée à toutes les offres d’emploi sur Facebook, facebook.com/jobs.

Ce mini site site emploi permettra à toute personne de chercher les annonces postées à partir de mots-clés et d’un lieu géographique.

Ce service est aujourd’hui disponible aux US et au Canada mais pas encore en France. On ne sait pas quand ils vont le rendre disponible (j’ai hâte de le tester, notamment pour nos propres annonces, d’ailleurs on cherche un commercial pour vendre LEDR Pro).

Vous le voyez dans ces copies d’écran, on peut créer facilement son offre d’emploi en quelques clics puis elle apparaît sur la page et dans les espaces dédiés.

La nouveauté est que, de la même façon que pour n’importe quel contenu, vous pourrez promouvoir votre annonce en ciblant des personnes dans leur flux Facebook. Cet outil est évidemment incroyable car vous allez pouvoir hyper ciblé une annonce auprès d’une personne, dans un lieu précis, qui a tel ou tel goût. Par exemple, je veux recruter un boucher à Marseille, je vais cibler des hommes entre 18-50 ans sur Marseille qui aiment la page « J’aime la viande » (je sais, c’est caricatural, mais je voulais vous faire comprendre).

Côté candidat, le processus pour candidater est simple même si il faut soit aller sur la page Facebook de l’entreprise pour trouver l’annonce soit la trouver sur le mini site emploi de Facebook.

candidature sur Facebook

En cliquant sur « Apply », le système pré-emplit vos informations déjà connues que vous pouvez modifier facilement. Cela prend très peu de temps. Facebook essaie vraiment de limiter la friction pour que les candidats puissent candidater très facilement.

Une fois que le candidat a envoyé son CV, un message s’ouvre dans Facebook messenger pour lui signifier sa candidature. Ce détail a son importance car Facebook ouvre la voie à une communication directe entre le candidat et l’employeur. Qui plus est, avec l’introduction de chatbots sur Facebook, le candidat recevra des messages de suivi ou de refus de candidatures avec une touche humaine sur son Facebook messenger (la messagerie sur Facebook).

Comme dirait Guillaume Alexandre, c’est l’autohumanisation (fusion entre automatisation et humain).

Vous l’avez compris, l’arrivée en propre de Facebook dans le recrutement est passionnante car ils arrivent avec des idées, des moyens importants et un service d’hyper ciblage (ce que personne ne sait vraiment faire aujourd’hui).

À qui s’adresse ce service ? Quelles sont les limites ?

Le recrutement sur Facebook s’adresse aux PME voire aux TPE

Je sais que certains parmi vous ne seront pas d’accord avec cette affirmation. Mais je vais argumenter mon propos.

Ce service s’adresse avant tout aux TPE et PME qui n’ont pas de besoin en recrutement très important. Je vous livre ici les premiers retours de professionnels du recrutement qui ont testé le service aux US mais aussi les conseils de plusieurs recruteurs aux US.

Les articles écrits sur le sujet sont assez explicites, ce service est bien dédié aux petites entreprises… il suffit de voir d’ailleurs la vidéo promotionnelle de Facebook au lancement de son service de recrutement.

Pourquoi ?

La réponse est finalement assez simple. On ne peut pas lier toutes ses activités recrutement avec son ATS (outil de gestion de candidatures) et du coup, il y a des pertes énormes de temps. Les aller-retour sont importants et les recruteurs doivent gérer les candidatures quasiment individuellement ce qui est ingérable sur du volume.

facebook attaque le marche du logiciel

Les recruteurs ont déjà du mal à utiliser LinkedIn pour recruter, inutile de vous dire que l’on est à des années-lumière de Facebook. LinkedIn communique certes très mal avec les ATS mais il existe quand même des API customisées avec Oracle ou d’autres ATS du marché.

Le fait que chaque candidat qui postule à une annonce sur Facebook ouvre un Facebook messenger (un fil de messagerie entre le candidat et l’entreprise) complexifie aussi les choses sur des métiers qui génèrent des dizaines voire des centaines de candidats.

Pour des métiers avec des recrutements simples et non volumétriques, la proposition de Facebook est excellente. Je n’ai pas besoin de feuille excel, tout est géré sur Facebook et je peux cibler des candidats (en payant). Ce type de recrutement est évidemment très adapté pour les entreprises locales comme les métiers de la restauration par exemple.

La 2e raison qui m’amène à penser que le recrutement tel que Facebook le propose est adapté aux TPE/PME est l’utilisation des données. Le candidat quand il clique sur « Apply » va avoir ses données pré-remplies à partir des informations qu’il aura renseignées sur Facebook (poste actuel, postes précédents, formation…). Le problème ici est qu’en France (et aux US dans une moindre mesure), les gens n’ont pas encore renseigné suffisamment leurs données professionnelles. Utiliser Facebook fonctionne donc bien sur des métiers où l’historique professionnel et le CV ont moins d’importance. Pour être serveur dans un bar, c’est souvent le cas. Vous me suivez, je crois !

Facebook et le recrutement offre

Cela me rappelle une conversation avec Jérôme Ternynck, le fondateur de SmartRecruiters où il expliquait que les gens qui postulaient sur Facebook aux US étaient principalement des cols bleus.

Un service plus simple pour les petites entreprises et difficile à répliquer pour les grandes entreprises et des données professionnelles peu complétées me font dire que Facebook s’attaque clairement au marché non cadre ou en tout cas au marché du recrutement local. La concurrence serait donc bien plus Craigslist ou Leboncoin en France que LinkedIn. En disant ça, on passe encore à côté de l’essentiel.

Facebook s’attaque à Oracle, Salesforce et Microsoft (et sûrement pas à LinkedIn)

Tous les titres qui déclarent que Facebook attaque le pré-carré de LinkedIn sont à côté de la plaque. Ce n’est pas du tout le cas.

Facebook n’a d’abord pas l’intention de simplement créer un site emploi ni un réseau social pour recruteurs. Ils s’en foutent de LinkedIn pour le dire autrement. Ce n’est pas leur sujet.

Par contre, ils vont clairement attaquer les petites annonces emploi avec des acteurs français actuels comme Vivastreet ou Leboncoin (Craigslist aux US) mais c’est un dommage collatéral pour Facebook. Leur vrai objectif selon moi est plus large.

Facebook at work workplace

Je vous propose ici un retour en arrière.

Facebook a lancé il y a plus d’un an son réseau social d’entreprise, Facebook@work (qui s’appelle maintenant Workplace by Facebook). Plusieurs entreprises ont testé et même adopté ce service (avec une facturation à l’utilisateur actif et selon le nombre d’utilisateurs). Tout le monde sait que les groupes sur LinkedIn ne fonctionnent pas alors que ceux sur Facebook cartonnent et sont vraiment « sociaux » dans le vrai sens du terme.

Facebook a ainsi généré ses 1ers revenus sur le marché du logiciel d’entreprise et ne compte pas s’arrêter là. L’arrivée sur le recrutement va lui permettre de petit à petit collecter des données professionnelles sur ses utilisateurs et donc de proposer des services adaptés autour.

Globalement, en proposant un service supplémentaire à ses utilisateurs autour de l’emploi, Facebook veut se poser en outil unique pour tout gérer de A à Z dans la vie de ses utilisateurs. Lectures, emploi, vie sociale, paiement… Et c’est cette utilisation active que Facebook pourra continuer à monétiser (encore plus que le fait d’avoir un profil). La grande différence entre LinkedIn et Facebook se situe bien ici.

Le potentiel de Facebook en recrutement est beaucoup plus important que celui de LinkedIn. Mais Facebook a décidé de prendre un autre chemin pour collecter de la donnée professionnelle en commençant par les TPE/PME.

Mais qui dit qu’ils s’arrêteront ici ?

Le mot-clé ici est bien la donnée et donc ses concurrents sont bien ceux qui veulent devenir les rois de la donnée comme Microsoft, Salesforce ou Oracle.

recrutement facebook linkedin concurrent

Conclusion

Facebook investit donc le recrutement en propre en attaquant le recrutement des TPE. L’offre est très puissante avec notamment la possibilité de cibler les annonces d’emploi. Le recrutement « à la Facebook » est un système complet de recrutement où l’on n’a pas besoin de sortir de Facebook. Pour des recruteurs avec de la volumétrie qui utilisent des ATS, le recrutement Facebook n’est pas aujourd’hui adapté.

Les utilisateurs ne renseignent pas encore suffisamment leurs données professionnelles mais justement en introduisant ce service, Facebook compte combler son retard. Au final, Facebook s’attaque beaucoup plus aux grands acteurs du logiciel qu’à LinkedIn et veut se poser en alternative crédible.

La bataille de la donnée professionnelle est lancée. Encore une arrivée excitante pour 2017 !! (Je vous parlais des différentes tendances 2017).

QUOI ??? Vous faites du recrutement et vous ne connaissez pas #LEDR Pro ? Rejoignez vite la meilleure formation au sourcing et au recrutement !

Commentaires

  1. Hello Laurent,

    Merci pour ton article qui met bien lumière les différentes initiatives de Facebook à destination des fonctions RH au sens large, et merci de citer Work4.

    En ce qui concerne Facebook Jobs, le produit proposé est une version simplifiée de nos 2 produits phare (l’application Facebook et Social Job Posting) et à destination des PME/TPE comme tu l’as souligné.
    Pour les plus grandes entreprises, notre solution reste le moyen de bénéficier des mêmes fonctionnalités, mais à grande échelle, avec à la fois une synchronisation de toutes les offres du site carrière vers l’application Facebook (et donc pas besoin de les saisir à la main) et une gestion des candidatures dans un workflow adapté au workflow existant (intégration ATS, envoi par mail, accès à une interface de gestion des candidats…).
    Un point additionnel important à souligner avec FB Jobs est que FB crée son propre Job Board (https://www.facebook.com/jobs) où seront accessibles les offres publiées sur l’application FB Jobs… et les offres des applications Work4 (en effet, nous travaillons en ce moment avec FB Jobs sur l’intégration de toutes les offres de nos applications dans leur job board).

    Pour ce qui est de Workplace, nous utilisons le service depuis quelques années (nous étions beta testeurs). Les progrès qui ont été faits et qui continuent d’être faits sont considérables. C’est un excellent outil qui répond à plusieurs problématiques: des problématiques de communication interne et de travail en groupe notamment (y compris entre entreprises avec les Multy-Company Groups)
    Côté Work4, nous travaillons aussi avec Workplace sur un sujet spécifique: la mobilité interne. En effet, c’est un gros enjeu pour les plus grandes entreprises et nous voulons leurs faire bénéficier de notre savoir-faire dans Facebook pour le recrutement externe. Nous travaillons actuellement sur une première version du produit avec le Groupe Bel.

    Si cela t’intéresse, je peux te donner plus de détails sur ces 2 sujets et je peux aussi te montrer comment fonctionne FB Jobs car nous avons l’application sur notre page (mais US uniquement).

    A bientôt,

    Etienne

  2. Pour avoir la chance de faire partie d’une entreprise qui a accès au service en France, j’en suis très vite arrivé à la même conclusion que toi : pour PME et TPE, pas adapté à notre volumétrie car tout se traite via Messenger. Problème double car nous avons développé la relation client avec Messenger… donc ce sont ces équipes là qui ont la main sur Messenger et comme on va pas leur demander de traiter nos candidats : c’est le serpent qui se mord la queue
    En tout cas, beau premier effort de FB sur ce créneau!

    1. l’interet quand tout se traite avec messenger c’est que de nombreux services existent pour developper des bots relativement performants et vos ats vont paraitre anachronique quand ils vous forcent à remplir des formulaires orthonormés là ou sur messengers vous pouvez obtenir les memes infos par un chatbot qui rajoutera de l’humanité à un questionnement pas forcément linéaire 😉 … On est donc bien au delà de la verticalisation de la publicité facebook pour le recrutement qui en soit n’a aucun interêt ( puisqu’on peut le faire avec n’importe quel type de contenu ) , le seul interet est ujn effet d’annonce qui va conduire les usagers facebvook a accepter ( peut-etre ?) qu’on utilise leur réseau « personnel » pour aller les débusquer . Vincent

  3. Super article ! Merci Laurent. Hâte de tester l’outil et de voir comment il va évoluer !

    Par contre, ce n’est pas en segmentant par le genre « homme » dans le cadre d’une recherche d’un boucher que la mixité va pouvoir se développer :S

  4. « Le recrutement sur Facebook s’adresse aux PME voire aux TPE ». Vous avez très expliqué pourquoi vous affirmiez cela. Cependant, ne pensez vous pas que les deux freins que vous décrivez (ATS et « remplissage » de profils) pourraient sauter très vite si le service prend? Des solution techniques peuvent émerger rapidement pour brancher FB et les ATS, et la vitalité de FB pourrait inciter un grand nombre de candidats à remplir leurs profils sous peu.

Répondre à Mickael Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.